"Plongée" dans le temps et dans l’histoire de Paros

Le cours de Paros au fil du temps

Quelques mots sur l'histoire de Paros

L'ancien château de Naoussa à Paros

Paros déploie une beauté naturelle incomparable, pittoresque, avec la lumière de l’Égée et ses eaux bleues et vertes. Elle détient également une histoire particulièrement riche. En témoignent de nombreuses découvertes dues à la pioche des archéologues, donnant aujourd'hui au visiteur la possibilité d’observer l’évolution historique de Paros à travers les sites archéologiques et les musées.

Embarqué vieilles pierres dans un village de Paros

L’histoire de Paros commence à l’époque paléolithique, d’après les découvertes faites dans des grottes et d’autres espaces naturels. Des découvertes importantes à Saliagos (un petit îlot aujourd'hui inhabité, situé en face d’Antiparos) attestent de la présence humaine également à l’époque néolithique (4300-3900 av. J.-C.). Traces indélébiles des périodes protocycladique et cycladique (3200-2000 av. J.-C.), les idoles cycladiques retrouvées dans des tombes. Le palais mycénien le plus important des Cyclades dans la région de Koukounariès, sur les rochers au-dessus de la plage de Kolimbithres, comptent parmi les découvertes les plus significatives de la période mycénienne. Une autre époque importante pour l’île de Paros, toujours d’après les découvertes, est l’époque archaïque.

Il existe également des découvertes de l’époque romaine, mais aussi de l’époque byzantine la suivant, avec comme exemple représentatif de cette période l’église Ekatondapiliani (la Vierge Marie de Cents Portes).

Les châteaux-forts de Parikia, de Naoussa, de Kefalos, de Marpissa, sont les signes de l’époque des Vénitiens.

Pendant l’occupation turque, bien que les habitants de Paros aient versé les impôts voulus et qu’il y ait eu une certaine présence des Turcs, il ne reste guère de preuves architecturales représentatives de cette époque. Après l’indépendance commence un parcours caractérisé tout d’abord par son essor social et sa participation à l’activité contemporaine.

Le château de Parikia à Paros

Paros suit la voie du reste de la Grèce et principalement de la province dans la décennie 1950, qui est affectée par une émigration ayant pour conséquence son abandon. Deux décennies plus tard, ce processus a été compensé dans l’ensemble des îles par l’orientation économique de Paros vers le tourisme, avec tout ce que cela signifie pour la préservation de son identité.

Paros du fond des temps

Paros est habitée depuis le 4e millénaire av. J.-C. et elle a connu des périodes d’apogée dans le domaine économique et artistique, mais aussi des périodes de pillages, de violence intense, de déclin et d’obscurité.

Palais de Koukounaries à Naoussa Paros

Le paysage historique de Paros devient plus clair à partir de l’âge du bronze, après la découverte de trois grandes civilisations, la cycladique, la minoenne et la mycénienne. Dans les régions de Glifa, Drios, Kampos, Koukounaries, Plastiras, Faragas, sont conservées des traces des habitats cycladiques.

Un exemple caractéristique de ceux-ci, datant de la période protocycladique, se trouve sur la colline de la forteresse de Parikia. Arrivent ensuite les colons de la Crète minoenne, qui culmine à cette époque dans l’espace grec. Ceux-ci transforment progressivement Paros en une remarquable base commerciale et militaire. Avec le changement de paysage politique, ce sont les Mycéniens qui occupent le devant de la scène, et Paros constitue un centre important de cette civilisation. Les vestiges mycéniens qui ont été retrouvés à Koukounaries, mais aussi sur la colline de la forteresse de Parikia, confirment l’existence de cette civilisation.

Expositions du musée archéologique de Paros

A l’époque géométrique, arrivent dans l’île des colons arcadiens, dont le chef qui se nommait Paros a donné son nom à l’île. Les Arcadiens se mêlent aux Ioniens qui apparaissent plus tard et Paros se transforme en une grande puissance maritime grâce au commerce du marbre de Paros, connu pour sa limpidité. Le marbre, source naturelle de richesse de Paros, mais aussi plus généralement sa prospérité, apportent aussi l’épanouissement culturel, notamment à l’époque archaïque (7e siècle av. J.-C.). C’est alors qu’apparaît et culmine la poésie lyrique, avec le célèbre poète lyrique Archiloque, qui est originaire de Paros.

Dans la période classique, Paros combat contre les Perses, qui tentent de dominer l’espace grec. Toutefois, leur défaite à la bataille de Salamine conduit les Perses à la retraite et Thémistocle à Paros, où il contraint les habitants à adhérer à l’hégémonie athénienne. En 338 av. J.-C., alors que Paros a déjà perdu son ancienne puissance, elle se soumet, successivement, aux Macédoniens, aux Ptoléméens, à Mithridate et aux Romains. A cette époque, sont en activité dans l’île des sculpteurs de premier plan, parmi lesquels Skopas de Paros. L’île est alors pleine d’ateliers de sculpture, de sanctuaires et d’autres bâtiments remarquables.

La période romaine - La domination turque

L’expansion de Paros s’interrompt à l’époque romaine, quand elle est utilisée, comme d’autres îles des Cyclades, comme lieu d’exil. Le christianisme arrive dans l’île à l’époque de l’empire byzantin, avec l’impressionnante église de la Vierge aux Cents Portes.

Commence alors, toutefois, un autre tourment pour Paros, venant des attaques constantes et des expéditions des pirates. Le plus grand dommage est causé par le célèbre pirate Hayreddin Barbarossa qui, malgré la courageuse résistance des habitants, met à mort la majeure partie de la population et envoie le reste dans les galères de la marine turque et les bataillons de janissaires. C’est alors que l’île est conquise par les Turcs (1560 apr. J.-C.). Paros joue un rôle important durant la guerre d’indépendance grecque, et le golfe de Naoussa est utilisé comme base pour la flotte russe (frères Orloff) pendant les guerres russo-turques.

L’occupation allemande n’a pas épargné Paros, obligeant les habitants à partir pour le Pirée ou à l’étranger. L’île est habitée à nouveau après 1960 et la majeure partie de son expansion provient du tourisme, comme aujourd'hui, où Paros est désormais l’une des destinations les plus populaires.

L'église de Ekatontapiliani à Parikia de Paros

Trouvez-nous sur

A propos de aboutparos.gr

Privacy policy
Terms and conditions

Contact information

Webmaster | Administrator

*Product Disclaimer: Information on listed products and services are provided by the operator and were correct at the time of publishing. Rates are indicative based on the minimum and maximum available prices of products and services. Please visit the operator’s website for further information. All prices quoted are in Euro (€). Aboutparos makes no representations whatsoever about any other websites which you may access through this website. Some websites which are linked to the aboutparos website are independent from aboutparos and are not under the control of aboutparos. Aboutparos does not endorse or accept any responsibility for the use of websites which are owned or operated by third parties and makes no representation or warranty in relation to the standard, class or fitness for purpose of any services, nor does it endorse or in any respect warrant any products or services by virtue of any information, material or content linked from or to this site.

Top